Communiqués

Université Jean Monnet : 50 ans, dernier anniversaire ?

Publié le : 31 Mar 2019

La récente cérémonie des cinquante ans de l'université Jean Monnet a été très réussie, et les nombreuses manifestations qui vont se dérouler dans ce cadre illustrent les multiples succès remportés par cette institution absolument essentielle à l'avenir de notre territoire.

Les temps changent : aux combats de quelques professeurs, présidents et responsables politiques de 1960 à 1985 pour arracher une "véritable" université face aux réticences lyonnaises et de l'Etat central a succédé un développement accompli et reconnu. Puis, après 2009, s'est imposée la nécessité de rejoindre le petit nombre de sites retenus nationalement comme IDEX (Initiatives d'Excellence) dotés de moyens exceptionnels. La condition fixée par l'Etat est de s'inscrire dans un regoupement d'universités suffisamment large, tout en visant l'excellence.

Pour Jean-Monnet, qui joue le jeu à juste titre, ceci revient pour l'instant à fusionner dès 2020 dans "l'Université de Lyon" donc à perdre son identité juridique et administrative et à disparaitre en tant qu'institution, en se regroupant avec Lyon 1 (Sciences et Médecine), Lyon 3 (Droit-Economie-Lettres), l'INSA (Ingénierie) l'Ecole Normale Supérieure.

Il est stupéfiant qu'une perspective aussi radicale et proche se dessine en l'absence de tout débat public et dans l'indifférence des élus de la ville, l'agglo, du département de la Loire. Un mutisme qui semble masquer une forme d'inconscience, incompréhensible au regard de l'histoire et de l'avenir de l'enseignement supérieur dans la ville.

Car c'est un changement essentiel pour notre avenir qui se prépare : en évaluer les conséquences pour toutes les facultés et fillières, les laboratoires de recherche, obtenir les garanties indispensables en termes de moyens futurs serait le minimum pour convaincre les universitaires d'y adhérer. Faute de quoi, les réticences et les peurs peuvent à tout moment prendre le dessus.

Sans implication positive de tous ceux qui font, sur le terrain, le dynamisme de l'enseignement supérieur ligérien, rien ne sera possible et un échec peut même être redouté.

 



Autres articles de cette rubrique