Communiqués

Une nouvelle baisse du prix de l'eau Ă  relativiser

Publié le : 30 Mar 2019

La ville vient d'annoncer une baisse du prix de l'eau au 1er juillet 2019 dont chacun ne peut que se réjouir. Vu la délibération présentée à Saint-Etienne Métropole, quelques nuances doivent cependant être apportées à cette information.

Dans son édition du 4 avril, Le journal Le Progrès fait référence au "contrat de concession négocié (en fait renégocié) sous le mandat de Maurice Vincent, contrat qui court jusqu'en 2022". Rappel de l'essentiel de cette renégociation étalée de 2009 à 2014 :

1/ Le contrat de l'eau / assinissement initial signé en 1992 court effectivement jusqu'en 2022. Il incluait un surcoût très élevé sur 30 ans (en compensation des "droits d'entrée" versés par la Stéphanoise des Eaux à la ville), incorporé dans le prix de l'eau et donc payé chaque année par les Stéphanois via un prix surévalué. 

2/ La première renégociation que j'ai imposée en 2009 a permis une baisse de 25 % du prix du m3 (pour une facture de 120 m3 : de 4,39 € à 3,27 €), soit 6, 2 millions / an au bénéfice des Stéphanois.

3/ Une deuxième renégociation en 2013 (avenant 14) a mis à la charge exclusive de la Stéphanoise des Eaux le coût des travaux d'amélioration de la qualité de l'eau (notamment / aluminimum), la rénovation de l'usine de Solaure, l'amélioration du rendement du réseau, une réduction des révisions automatiques de prix, une nouvelle baisse du prix de l'eau de 8,5 centimes / m3 au 1er juillet 2013, tout celà pour un gain total de 2,2 millions d'euros / an.

Au total, les 2 renégociations de mon mandat ont conduit à une baisse de 30 %, soit 1,31 € / m3 et une économie de 8,4 millions / an au bénéfice des Stéphanois.

En plus, cet avenant 14 octroyait à la ville la possibilité de mettre fin au contrat  au 31/12/ 2017, 5 ans avant son terme de 2022, si elle y trouvait son intérêt. Ainsi, c'est cette disposition de 2013 qui a ouvert la possibilité de renégocier dans de bonnes conditions, à partir de 2017, la baisse qui vient d'être annoncée.

Est-ce, cette fois, une bonne renégociation ? Pas tant que celà en réalité, puisque l'avenant 16 voté en Conseil de Communauté le 3 avril 2019 accorde en contrepartie deux nouveaux avantages à la Stéphanoise des Eaux :

- une extension de sa concession à St-Priest-en-Jarez.

- une baisse de 20 % de ses investissements obligatoires dans les travaux qui passeront de 2,5 M à 2 M / an jusqu'en 2022, soit près de 2 millions économisés par la Stéphanoise : une façon de reprendre d'un côté ce qui a été perdu de l'autre...mais bien sûr sans en parler aux médias !



Autres articles de cette rubrique