Communiqués

Un projet de gauche réaliste : l'Europe

Publié le : 05 Sep 2019

Reconstruire un projet de gauche réaliste exige la reformulation complète d'un programme, dans un monde complètement et rapidement transformé par la mondialisation, la numérisation, les déséquilibres financiers, l'urgence de l'enjeu climatique, la crise de la représentation démocratique et la montée des populismes,  les risques terroristes etc. A ce jour, seul Bernard Cazeneuve semble vouloir s'atteler à la tâche tout en disposant d'une certaine crédibilité politique. D'autres s'y joindront peut-être demain, dans une perspective de rassemblement qui devra dépasser de loin les partis actuels, s'appuyer sur un nouveau mouvement et une nouvelle démarche.

Sur la question européenne, le réalisme commande de conforter d'abord l'existant, l'Union Européenne avec ses qualités et défauts...Les faibles avancées obtenues hier par François Hollande, aujourd'hui par Emmanuel Macron et surtout les tensions liées au Brexit comme à l'Italie (pays fondateur...) doivent conduire à tenir un langage de vérité, éviter les promesses intenables : il faut donc faire progresser l'Union Européenne de manière pragmatique, en concluant les accords possibles sur la fiscalité des multinationales, en travaillant à convaincre l'Allemagne d'utiliser ses marges budgétaires, en proposant des investissments lourds contre le réchauffement climatique, en avançant pas à pas avec les pays les plus motivés. Autrement dit poursuivre pour l'essentiel la démarche volontariste d'Emmanuel Macron visant à donner plus de force à l'Europe et à contenir autant que possible les dérives nationales-populistes qui menacent les progrès acquis depuis 50 ans.

Sur le plan géopolitique, le basculement des préoccupations des Etats-Unis vers la zone Pacifique exige de renforcer l'autonomie politique et militaire de l'Union, de poursuivre les actions engagées pour stabiliser la situation en Ukraine et améliorer les relations avec la Russie.



Autres articles de cette rubrique