Communiqués

Saint-Etienne va perdre son université, les élus, medias etc. regardent ailleurs

Publié le : 30 Oct 2019

On ne verra une telle situation nulle part ailleurs en France.

Dans quelques semaines, l'année où elle fête ses 50 ans, l'université Jean Monnet va disparaitre pour être intégrée à "l'université de Lyon" après un découpage complet de ses facultés et la suppression de sa Présidence (l'élection prévue le 18 novembre étant de fait quasiment fictive) : un retournement de l'histoire incroyable quand on sait comment élus de toutes tendances et universitaires historiques ont combattu durant des années pour...obtenir sa création et son autonomie !

Bien sûr, M. Perdriau n'habitait pas encore à Saint-Etienne et sans doute M. Ziegler a-t-il un trou de mémoire. En revanche, sans avoir besoin de réseaux sociaux ni de radios locales qui n'étaient même pas imaginés à l'époque, Le Progrès et tous les médias locaux se passionnaient pour ces combats qui durèrent pas moins de trente années et avaient pour objet principal de construire un enseignement supérieur accessible à tous dont beaucoup de Stéphanois, dont moi-même, ont directement bénéficié.

On nous dira que le monde change, que les conditions ne sont plus les mêmes etc. etc. Et c'est vrai. De 5000 étudiants, l'université Jean Monnet est passée à 20.000. Elle n'avait qu'un centre de recherche, elle en a désormais une quarantaine dont la plupart ont acquis un niveau international. Certains coopèrent intensivement avec des centres lyonnais, grenoblois, parisiens, californiens etc : des réussites remarquables à conforter, ce qui passe justement par le maintien d'une capacité de décision stéphanoise et ligérienne.

Sans pouvoir universitaire local, tout ceci n'aurait jamais existé. Pour les 50 ans à venir, les conditions ont changé, mais l'enjeu reste le même.

Il n'y a manifestement que dans notre ville et notre département que les élus locaux détournent le regard  (1) devant un tel recul. Après l'abandon de l' A 45, la perte du pouvoir universitaire - demain celui du CHU ? - fera définitivement de  Saint-Etienne une banlieue inaccessible de Lyon.

(1) Quelques heures après la publication de ce texte, je reçois un courrier personnel de M. Perdriau m'assurant prendre en considération mon alerte. Dont acte, en restant attentif à la suite.



Autres articles de cette rubrique