Communiqués

Saint-Etienne Métropole, une évolution positive mais une gouvernance défaillante

Publié le : 03 Sep 2019

Comme pour la ville, on trouve à Saint-Etienne Métropole une grande part de lucidité dans les appréciations du mandat qui se termine par les élus de l'opposition (à l'exception de Gérard Tardy, plus rétrograde que jamais).

Le Progrès du 3 septembre fait la synthèse de ces critiques, qui renvoient pour l'essentiel à une défaillance de gouvernance : les recrutements-évictions successifs de 4 Directeurs Généraux des Services en 5 ans témoignent à eux seuls de l'ampleur du désastre. Conséquence : la quasi totalité des compétences liées aux passages en Communauté Urbaine puis en Métropole ne sont pas encore mises en oeuvre, privant la collectivité d'une grande partie des bénéfices réels de ces évolutions.

On doit cependant reconnaitre à M. Perdriau d'avoir fait voter à sa majorité pléthorique les deux changements de statuts (transformation en Communauté Urbaine puis en Métropole) qui apportent de nouvelles ressources financières et une capacité d'intervention supérieure au niveau régional.

Pour être complet, il faudrait rappeler aussi (le temps passe vite, la mémoire peut devenir opportunément sélective...) que ces changements ont été rendus possibles par des décisions législatives que j'ai personnellement obtenues en 2013 et 2016 à Paris : un amendement que j'ai fait voter pour baisser le seuil  démographique d'accès aux communautés urbaines en 2013 et une proposition de loi pour permettre l'obtention du statut de Métropole en 2016...

Mais après tout l'essentiel reste leur aboutissement dans l'intérêt du territoire.

 



Autres articles de cette rubrique