Communiqués

Proposer des alternatives Ă  l' autoroute A 45

Publié le : 29 Oct 2019

Quasiment gagné jusqu'en 2015, le combat pour l'autoroute A 45, essentielle au désenclavement routier de Saint-Etienne et du sud Loire a été perdu en moins de 6 mois en raison de l'inefficacité des élus locaux et des réticences lyonnaises connues depuis longtemps.

De priorité à court terme (2020) dans le rapport Duron de 2013, l' A45 s'est ainsi retrouvée éliminée dans un nouveau rapport Duron (dit C.O.I.) publié au début de 2018. Depuis, elle est hors du champ de programmation de l'Etat et les demandes de prorogation de son utilité publique après juillet 2020 sont vouées à l'échec.

Restent les 400 millions d'euros d'engagements financiers de l'Etat pour le sud Loire, que le gouvernement a promis de sanctuariser au profit "d'alternatives" pour améliorer la desserte routière de notre territoire.

Depuis, entre politique de la chaise vide et moulinets médiatiques des élus ligériens, aucune proposition n'a été faite. Dans quelques mois, on apprendra peut-être que les 400 millions sont finalement affectés au grand contournement Est de lyon, envisagé par les élus rhodaniens et l'Etat depuis plusieurs années ( le "grand contournement Ouest" de Lyon passant de fait par...la Loire, Saint-Etienne et son A 47 dégradée !).

Il est urgent de faire des propositions utiles aux Stéphanois et ligériens : un passage à 2 X 2 voies de la RD 342 ("Les montagnes russes") entre Rive-de-Gier et l' A 450 à Brignais complété par la construction d'un pôle mutimodal près du futur terminus du métro lyonnais aux Hopitaux Lyon Sud, à Saint-Genis-Laval, devraient au moins être étudiés, comme la construction d'un nouveau pont sur le Rhône à Givors.

A ce stade, le silence assourdissant des élus locaux illustre l'intensité de leur mobilisation sur ce sujet pourtant majeur.



Autres articles de cette rubrique