Communiqués

Pourquoi les sociaux-démocrates espagnols, portugais, danois résistent

Publié le : 20 Jun 2019

En rupture avec la tendance mondiale, quelques partis sociaux-démocrates sont ressortis revigorés des dernières échéances électorales : en Espagne et au Portugal, après des politiques d’ajustement aux conséquences sévères pour la population (chômage très élevé, baisse des salaires), ils ont été portés par une demande exacerbée de rééquilibrage social et par le rejet massif des droites locales.

Ces redressements spectaculaires ne corroborent en rien les analyses des Insoumis français, de Générations, ni même des écologistes. Les socialistes espagnols et portugais sont farouchement attachés à l'Union Européenne (même avec sa dimension libérale plus accentuée). En revanche la gauche plus radicale ne s'est pas isolée comme en France sur des positions doctrinaires ou populistes, mais accepte les responsabilités gouvernementales, ce qui permet encore d'avoir des majorités et gouvernements de gauche.

Quant au Danemark, c’est un revirement spectaculaire en faveur d’une politique migratoire beaucoup plus rigoureuse qui a permis au parti social-démocrate de retrouver une partie de l’audience populaire et de faire reculer l’extreme-droite. Bien loin des discours des partis de gauche français, même s'ils sont beaucoup plus rigoureux quand ils sont au gouvernement, particulièrement le PS.



Autres articles de cette rubrique