Communiqués

Pour sortir de la crise de la social-démocratie

Publié le : 04 Mar 2018

Depuis quelques années, la social-démocratie ne cesse de reculer partout en Europe, les reculs du SPD et du parti Démocrate en Italie viennent d'en apporter une nouvelle illustration. Outre l'usure du pouvoir, partagé partout depuis 30 ans en alternance avec les partis conservateurs, comment ne pas voir les désillusions des salariés ?

La rapidité de la mondialisation, le chomage structurel, la précarité et le développement technologique ont profondément déstabilisé le salariat qui ne croit plus à la "redistribution des fruits de la croissance " que les partis sociaux-démocrates leur avaient le mieux garantis jusqu'ici.

Un partie de plus en plus significative de l'électorat populaire demande désormais plus de protection à tous les niveaux (contre les délocalisations, le travail détaché, la précarité,  les flux migratoires etc.) et ne trouve trop souvent que le discours de l'extrême-droite ou de la gauche protestataire pour y répondre de façon caricaturale et démagogique.

Il ne fait aucun doute que l'enjeu des années à venir pour tous les gouvernements européens et singulièrement le nôtre est de prendre en considération ces nouvelles demandes par des politiques efficaces et justes : plus de régulation économique européenne et internationale, la recherche d'une convergence sociale par le haut, une maîtrise réelle des flux migratoires rejetant toute forme de xénophobie, appuyée par le codéveloppement avec les pays les plus pauvres. Sans résultat tangible sur ces questions, le risque d'une subversion de l'Europe par les nationalismes est un danger croissant.



Autres articles de cette rubrique