PORTRAIT

Parcours personnel

Publié le : 10 Nov 2011

Maurice VINCENT est né à Saint-Étienne en 1955 dans le quartier de Montaud.

Issu d’une famille ouvrière, il suit des études supérieures en Economie au cours desquelles il s’intéresse à la vie publique à travers le mouvement étudiant.

Il décroche un doctorat en 1980 et adhère la même année au Parti socialiste. Après deux ans de coopération au Cameroun, il travaille comme chercheur dans un centre de recherche parisien.

De retour à Saint-Étienne, il est nommé assistant, puis maître de conférences avant de devenir professeur à l’Université Jean-Monnet en 1994. Chargé des finances auprès du Président de l’université de 1992 à 1996, Maurice VINCENT est élu Président en 1997 à 41 ans. Il est, à l’époque, le plus jeune président d’université de France. Il s’investit alors fortement dans la création du Pôle Optique – Vision, pôle d’excellence de l’université et prend une part active, au niveau national, à l’action de la Conférence des Présidents d’Université (Président de la Commission des Moyens et Personnels).

Elu au Conseil régional Rhône-Alpes en 2004, il s’implique plus particulièrement dans les commissions « Enseignement supérieur et recherche », « Economie » et « Transports ». Les dossiers qu’il porte rappellent les raisons de son engagement en politique : lutter pour l’égalité des chances des étudiants, dynamiser la recherche et l’innovation, accroître la coopération interuniversitaire en Rhône-Alpes et renforcer l’accessibilité du territoire.

Particulièrement attaché à l’avenir de l’agglomération stéphanoise, il est élu conseiller municipal de Saint-Etienne  en 1995. Fondateur et président du Groupe des élus de gauche à Saint-Étienne Métropole, il se bat pour faire vivre un vrai débat démocratique dans cette institution. Il devient maire de Saint-Etienne de mars 2008 à 2014, à la tête d’une liste de large rassemblement de la gauche et de personnalités indépendantes. Président de la communauté d’agglomération de Saint-Etienne Métropole (400.000 habitants) durant la même période, il est ensuite élu en septembre 2011 au Sénat, en 3ème position sur la liste de gauche conduite par Jean-Claude Frécon (PS) et participe l’élection de Jean-Pierre Bel, premier président du Sénat issu d’une majorité de gauche. Membre des commissions de la Culture et de l'Education puis des Finances à partir de 2014, il reste élu municipal et métropolitain d'opposition à Saint-Etienne jusqu'en octobre 2017 date à laquelle il ne se représente pas au Sénat. Depuis, il préside le Club politique "Regain d'idées 42" qu'il a fondé afin, notamment, de renforcer l'exigence de justice sociale et fiscale dans le mandat présidentiel d'Emmanule Macron qu'il a soutenu dès janvier 2017.

Ses activités universitaires et politiques, mais aussi ses choix personnels l’ont amené à parcourir de nombreuses villes et régions dans le monde industrialisé comme des pays en développement.

Pour plus d'informations, télécharger ci-dessous l'article de La Gazette du 21 février 2014



Autres articles de cette rubrique