Communiqués

Municipales 2020, les maires sortants favorisés par l'éclatement politique

Publié le : 01 Sep 2019

Un récent sondage national CEVIPOF - AMF souligne que 60 % des  français souhaitent que leur maire se représente, donc la stabilité des équipes municipales en 2020. Cette étude prédit en conséquence une réelle difficulté aux partis politiques pour conquérir les villes qui ne sont pas gérées par leurs élus sortants. Une situation défavorable à LaREM puisque Lyon est la seule grande ville (et métropole) administrée par ses soutiens. Le plus souvent, les candidats LaREM et des partis de gauche seront des opposants suite au tsunami LR  de 2014. Rechercher des accords avec des maires sortants dont le bilan est satisfaisant devrait donc être la priorité pour LaRem : à cet égard, il est désolant de voir que ça ne semble pas être le cas à Nantes, Rennes par exemple.

Ces prévisions ne sont pas surprenantes : contrairement à 2014 (et dans une moindre mesure à 2008), tous ceux qui voudront sanctionner le gouvernement à l'occasion des municipales ne pourront pas le faire par un grand coup de balai contre les maires La REM...puisqu'il n'y en a pas ou très peu dans les villes de plus de 30.000 habitants, celles où la dimension politique a un véritable poids par rapport à l'appréciation personnelle des élus. Le contexte est ainsi très favorable aux maires sortants aussi bien PS, PCF que LR. Et  défavorable aux candidats de ces partis lorsqu'ils sont dans l'opposition, car à gauche notamment c'est un éclatement qui s'est imposé à partir de divergences nationales.

Plusieurs incertitudes fortes demeurent cependant : une amélioration de la perception du bilan d'Emmanuel Macron d'ici à mars 2020 profiterait sans doute aux listes LaREM, par exemple. En outre chaque cas tend à devenir unique même dans les grandes villes, selon les alliances / oppositions purement locales, le positionnement personnel du maire par rapport au gouvernement, voire à à son propre parti. Nombre de situations sont tout à fait particulières, enfin, à Nice, Bordeaux, Strasbourg, Paris etc.

Plus important encore : les électeurs se décident très tardivement...Le contexte important sera celui du 15 mars 2020, pas celui d'aujourd'hui.

 

 



Autres articles de cette rubrique