Communiqués

Municipales 2020 à Saint-Etienne

Publié le : 19 Jun 2019

Mon interview dans Le Progrès : interview

Depuis cette interview du 17 juin, plusieurs informations :

1/ L'extrême-gauche (Lutte Ouvrière) a déjà dissipé les doutes : LO a annoncé sa candidature habituelle afin de contribuer une nouvelle fois à la victoire de la droite. Dans la mouvance des Insoumis, une nouvelle association, Saint-Etienne Debout, affirme elle aussi le refus de toute alliance, en cohérence avec la voie populiste suivie au niveau national. Déjà 2 listes de gauche protestataire, auxquelles s'ajoute l'indécision du parti communiste dont une grande partie des militants et des électeurs se retrouvent en fait dans la démarche des Insoumis.

2/ Des élus proches de Générations et des écologistes se sont regroupés. Leur perception de l'avenir de la ville n'est pas encore connue, mais leur alliance semble impossible aussi bien avec les Insoumis que La République en Marche. On ne peut aussi se demander si ce regroupement résistera à la demande de Y. Jadot de présenter une liste écologiste autonome dans toutes les grandes villes.

3/ LaRem est toujours sans tête de liste et sans projet affirmé à l'heure actuelle. Lorsque ce sera le cas, elle pourra bénéficier d'une meilleure valorisation de la politique nationale d'Emmanuel Macron par les français dans les mois à venir ou à l'inverse craindre une nouvelle déception. A l'évidence, cette évaluation pèsera beaucoup sur son résultat. Elle peut espérer l'adhésion d'une partie de l'électorat de droite, du centre (comme aux Européennes) en cohérence avec le glissement du gouvernement vers le centre-droit. Les électeurs du centre-gauche n'ayant pas d'autre liste pour les représenter les rejoindront probablement.

4/ A l'extrême-droite, une liste RN sera sans doute présente, avec son audience habituelle.

5/ A droite, la liste du maire LR - qui vient de recevoir en grande pompe le futur patron du parti C. Jacob - souffrira sans doute de la dégradation de l'image de LR et surtout d'un bilan municipal marqué par de nombreux échecs, de l'arrêt de l'A 45 au départ de la FNAC, la crise du commerce, l'explosion des tarifs de stationnement etc.

L'incertitude est donc de mise, avec la possibilité de retrouver 4 ou 5 listes dans l'incapacité de fusionner au 2eme tour.

 

 



Autres articles de cette rubrique