A LA UNE

Mandat Perdriau : de très nombreux échecs, un bilan consternant pour la ville

Publié le : 23 Feb 2020

Le bilan de M. Perdriau est marqué par d'importants reculs pour la ville. Sans doute le pire bilan de mandat depuis très longtemps.

A l'exception de l'évolution statutaire de Saint-Etienne Métropole (encore que la Chambre régionale des Comptes pointe de nombreuses insuffisances), que retiendra-t-on de ces six années ?

Les choix anti-écolo (retour du trafic de transit en ville, arrêt des projets de pistes cyclables...), le recul des services publics, de la culture, l'échec de la dernière biennale Design, la fermeture de trois centres sociaux, etc.

En matière d'insécurité, la situation de la ville s'est nettement dégradée au centre-ville comme dans la plupart des quartiers. Une "rue de la drogue" a ainsi fait son apparition, une première à Saint-Etienne, les agressions physiques et incivilités ont progressé.

Sur le plan social, la diminution des aides du CCAS aux plus démunis en dépit d'une demande malheureusement toujours très élevée. Les études surveillées ont disparu des écoles, dont les travaux de maintenance et  de rénovation ont été considérablement réduits par rapport au mandat précédent. Seules quelques nouvelles places en crêche ont étét créées contre 240 dans le mandat précédent.

La seule réalisation importante de ce mandat restera la 3eme ligne de Tram. Or elle se révèle déjà comme le plus grand fiasco de la municipalité et pèsera sur la gestion de la ville pendant des décennies (Voir article dédié).

En 6 ans, Saint-Etienne a aussi perdu en accessibilité avec la dégradation perçue par tous les usagers des services TER sans réaction sérieuse de la ville et l'abandon de l'autoroute A 45, illustration de la chute de l'influence de notre cité au niveau national.

Pour conclure ces 6 années, la perte du pouvoir universitaire de la ville - validée par le maire en 2019 - qui s'annonce avec la disparition institutionnelle de l'université est un autre affaiblissement dont on mesurera les conséquences dans quelques années, lorsque les diplômes les plus attractifs ne seront plus délivrés qu'à Lyon. Sauf à l'empêcher par la mobilisation des Stéphanois.

Un ensemble d'échecs qui marque en définitive le pire bilan d'un maire depuis très longtemps.

La grande chance de M. Perdriau, c'est qu'on n'est jamais réélu sur un bilan et que le contexte national lui est très favorable. Attention toutefois à ne pas en faire un "Gaudin stéphanois" !



Autres articles de cette rubrique