A LA UNE

Les médias, la gauche, l'universalisme

Publié le : 02 Apr 2021

La concurrence accrue des médias de toutes sortes, TV, radios et réseaux sociaux conduit à la prolifération de débats destinés à capter la part d'audience maximale. A la recherche de recettes publicitaires accrues, de rentabilité, une partie importante du système médiatique actuel produit une grave déformation du débat public en "montant en épingle" chaque jour le sujet le plus clivant possible.

A ce jeu, des micro-évènements sont présentés comme des faits de société majeurs, les faux spécialistes pullulent, la confusion s'installe - par exemple sur la pandémie, le confinement, etc. - tel ou tel mot plus ou moins réfléchi devient un symbole identitaire. C'est l'hystérisation des débats qui s'impose, tout le contraire d'un échange réfléchi.

Dans ce contexte, beaucoup d'élus ou de candidats se laissent surprendre. Comment comprendre autrement le dérapage d'Audrey Pulvar sur la question (qui ne concerne en réalité que des groupuscules) des réunions non mixtes organisées ici ou là par l'UNEF ?

La gauche doit au contraire réaffirmer la stabilité de ses positions en faveur de l'unversalisme, son rejet de toute réunion discriminatoire, son attachement à la laïcité. Elle se doit d' être claire et unanime sur ces questions, faute de quoi elle ne pourra pas retrouver son unité . Elle abandonnera alors durablement le pouvoir à la droite, au centre, voire à l'extrême-droite.



Autres articles de cette rubrique