Communiqués

Le Président Macron tient-il absolument à se faire détester ?

Publié le : 17 Sep 2018

La 5eme République donne à son Président le privilège d'entretenir chaque jour s'il le souhaite une relation directe avec les français.

Avec l'hypermédiatisation de notre société, la personnalité du président telle qu'elle est comprise par nos concitoyens finit par compter autant, voire davantage, que le contenu de ses réalisations. Pour des raisons complètement différentes, N. Sakozy et F. Hollande l'ont appris à leurs dépens : le premier en donnant l'image d'un homme en stress permanent n'hésitant pas à sombrer dans la vulgarité, le deuxième par une indécision perçue comme faiblesse avec une part de légéreté. Des traits incompatibles avec la symbolique de la fonction, ses pouvoirs immenses de décideur en dernier recours, son prestige dans la population.

Dès son investiture, E. Macron a bien mesuré cette attente, la situation intenationale lui permettant de surcroît de briller au niveau mondial avec une maîtrise quasi parfaite de sa communication. En revanche, depuis quelques mois, ses sorties intempestives sur telle ou telle catégorie de nos concitoyens, en référence aux dépenses sociales ou à l'attitude de certains chômeurs sont totalement incompréhensibles, sur le fond comme sur la forme.

Si E. Macron souhaite se faire détester des français, il peut continuer de la sorte : il y perdra tout son crédit politique, quels que soient les résultats obtenus et ne sera pas en mesure de se représenter en 2022, laissant la voie libre à une aventure droitière dangereuse pour notre pays.



Autres articles de cette rubrique