A LA UNE

La recherche et l'enseignement supérieur, priorité des priorités en 2022

Publié le : 01 Jan 2021

La Chine a fait depuis longtemps de la science et de la technologie sa priorité numéro 1, et elle dispute désormais la suprématie mondiale aux USA et à l'Europe dans tous les domaines. Vu ses capacités démographiques et (jusqu'ici) la puissance de sa dictature, le monde peut commencer à trembler selon la prophétie déjà ancien des sinologues.

En France, personne ne semble avoir pris la mesure du décrochage du pays, et au-delà de l'Europe, dans cette course qui déterminera encore davantage demain la richesse des nations et leur influence politique. L'échec - temporaire, espérons-le - de Sanofi dans la course au vaccin contre le Covid nous le rappelle pourtant douloureusement, après le retard concédé dans le domaine des batteries pour automobiles, le numérique, maintenant dans le nucléaire, le photovoltaïque, etc.

La recherche, l'innovation et l'enseignement supérieur doivent clairement devenir une priorité majeure des années futures. Il faut l'imposer à l'occasion de l'élection présidentielle de 2022, dans une perspective de coopération européenne renforcée et avec une remise en cause de notre organisation défaillante. L'échec du Crédit Impot Recherche (CIR) à dynamiser l'investissement privé en Recherche-Développement doit être reconnu et sa formule reconsidérée, l'obsession de la création de mastodontes universitaires abandonnée au profit de financements ciblant les réussites et potentialités là où elles se trouvent, la complexité de notre système (profusion d'organismes divers et variés) drastiquement simplifiée, etc.

Bref, toute la politique de recherche-innovation devrait être remise à plat lors du débat présidentiel de 2022 pour devenir le projet mobilisateur numéro 1 du pays.

 

 

Techno comme enjeu majeur chine Europe usa

Échec du cir / RD privée Hyper concentration des univ ?

Non Financer mieux les projets surtout



Autres articles de cette rubrique