Communiqués

Gratuité des transports en commun à Saint-Etienne ? La réalité

Publié le : 02 Jan 2020

Adoptée à Dunkerque, la gratuité des transports en commun est-elle envisageable dans notre agglomération ? Sur le principe, personne ne peut y être opposé ne serait-ce que pour lutter contre la pollution.

En réalité, c'est impossible en raison de la taille du réseau (plus de 2 fois plus importante qu'à Dunkerque) et de la  construction de la 3eme ligne de tram qui sera hyper déficitaire.

Explications :

1/   Les recettes tarifaires des voyageurs représentaient 17, 5 M en 2017, soit 31 % des dépenses d'exploitation du réseau. Avec la 3eme ligne de tram, il faut ajouter + 10 % si les prévisions de hausse des usagers (bien que très faibles) sont réalisées : soit environ 19 millions.

2/ Les autres recettes sont apportées par les entreprises via le versement transport (58 millions), dont le taux est déjà au maximum, et par une subvention d'exploitation prise sur les impôts des habitants : 5,7 M en 2017. Avec la 3eme ligne de tram, cette subvention atteindra déjà 7,4 millions en 2020.

La 3eme ligne de tram impose aussi 77 millions de nouveaux emprunts (hors taxes) pour financer la construction de la ligne (rapport de la Chambre Régionale des Comptes) dont les intérêts devront aussi être payés sur le budget de fonctionnement.

3/ Pour concrétiser  la gratuité, Il faudrait donc ajouter plus de 20 millions de subventions d'exploitation financées par le contribuable. Et même bien plus puisque la gratuité entraine en général une hausse de fréquentation qui oblige à acheter et rénover plus de bus et tram. On peut estimer ce surcoût annuel à environ  5 ou 6 millions en regardant ce qu'a fait Dunkerque. La gratuité couterait environ 26 millions chaque année.

Ceci représenterait une hausse de 25 % des impôts perçus par SEM sur les ménages (taxe foncière et habitation) et les entreprises (CFE).

4/ Comme la taxe d'habitation est en cours de suppression (elle est compensée par l'Etat), on ne pourrait jouer que sur les seuls impôts restant décidés par SEM, la Taxe Foncière et la CFE : il faudrait alors les augmenter de près de 50 %, avec une très forte hausse sur les propriétaires de maisons et d'appartements et surtout sur les entreprises.

Promettre la gratuité des transports en commmun est donc démagogique. Mieux vaut réfléchir à d'autres mesures pour favoriser la fréquentation des transports en commun tout en ayant un fort impact social, comme la baisse du prix des abonnements pour les familles.

 



Autres articles de cette rubrique