A LA UNE

Face Ă  la crise, l'espoir d'une Europe qui avance

Publié le : 17 May 2020

Face à la crise économique qui s'annonce - dont il est impossible de prévoir l'ampleur ni la durée - les récentes décisions de la Banque Centrale Européenne et l'engagement commun du "couple" franco-allemand en faveur d'un emprunt de 500 milliards d'euros par la Commission Européenne sont très positives et encourageantes.

Les menaces qui pèsent sur la crédibilité budgétaire et financière de l'italie voire l'Espagne ne vont pas tarder à s'affirmer compte tenu des dépenses et pertes de recettes induites par l'arrêt de leurs économies. Une nouvelle crise des dettes souveraines et l'éclatement de la zone euro peuvent donc être redoutés.

Le soutien de l'Europe à ces pays (et aux autres) est absolument indispensable. La décision d'E. Macron et A. Merkel de créer une dette commune à l'Union est historique dans le sens où elle dégage de nouveaux financements garantis collectivement par l'Europe, une "première".

N'oublions pas cependant que pour transformer cet espoir en réalité, il faut encore que les pays réticents, notamment les Pays-Bas et l'Autriche, en acceptent le principe. Or ceci n'est pas acquis même s'il serait particulièrement choquant qu'un pays qui joue systématiquement "perso" avec des taux d'imposition très bas pour attirer les entreprises (les Pays-Bas) pose en plus des exigences à l'encontre de pays qui en font les frais.



Autres articles de cette rubrique