A LA UNE

Face à l'impatience, reconnaitre les limites la science mais s'appuyer sur ses progrès rapides

Publié le : 17 Apr 2020

Plus les débats sur le Covid 19 se multiplient entre médecins, scientifiques et pire entre non spécialistes souvent incompétents sur les plateaux TV, plus les limites de la connaissance réelle de ce coronavirus sont perceptibles. Mieux vaudrait le reconnaître et accepter de progresser pas à pas avec les scientifiques, même si la concurrence exacerbée entre médias n'y aide pas.

Aujourd'hui, on ne sait pas encore, par exemple, si la progression du virus sera fortement réduite en été, comme c'est le cas avec la grippe...ce qui changerait certainement beaucoup de choses. On comprend mal aussi les différences nationales de taux, vitesse de contamination, de létalité...sous réserve que les statistiques soient fiables, ce qui n'est pas toujours le cas pour des raisons techniques ou politiques. Seul ressort clairement l'échec des pays qui ont tenté "l'immunité colective" (laisser-faire l'épidémie) où la mortalité explose désormais.

Certains regrettent "les retards de la recherche" alors qu'elle n'a jamais progressé aussi vite, la "disponibilité des tests" alors qu'ils ont été conçus en un temps record et ne sont d'ailleurs pas totalement fiables.

Les stratégies de déconfinement - forcément perfectibles - sont en cours d'évaluation, comme les multiples solutions thérapeutiques : expliquer aux français la nécessité absolue d'attendre quelques jours ou semaines leur validation scientifique est indispensable pour éviter le charlatanisme et le temps perdu en controverses inutiles.



Autres articles de cette rubrique