Communiqués

Des raisons d'espérer pour l'Union Européenne

Publié le : 03 Jun 2019

Les conséquences nationales des élections européennes restent encore difficiles à cerner (cf. d'autres articles de ce blog). Cependant plusieurs surprises de ce scrutin révèlent une prise de conscience des enjeux européens et constituent des évolutions positives :

- la hausse de 10 % de la participation n'était pas prévue : nul doute que le bazar ingérable du Brexit au Royaume Uni, l'urgence de la lutte contre le réchauffement climatique et la crainte devant les progrès des nationalismes (donc de la destruction de l'Union Européenne) ont mis en évidence l'importance de la question européenne pour les électeurs, donc accru l'intérêt propre à ce scrutin.

- contrairement à beaucoup de pays, en France les partis anti-Union Européene (RN, pro Frexit ou souverainistes, extrême-gauche et LFI) ne progressent pas par rapport à l'élection de 2014 (autour de 38 %) et restent nettement devancés par les partis pro-UE (autour de 58 %). On observe aussi que plus personne ne demande officiellement la sortie de l'Euro, même si le but des partis anti UE reste en réalité de complètement bloquer le fonctionnement de celle-ci.

- au niveau européen, la progression du vote écologiste et la présence plus forte de cette sensibilité au sein des autres partis, notamment sociaux-démocrates et centristes, donnera plus d'importance à la prise en considération de l'enjeu environnementall dasn l'U.E., ce qui est indispensable.

- l'influence de la France au parlement européen sera accrue en raison du poids des élus LaREM dans le groupe central, alors que jusqu'ici les élus français (hors FN) étaient plus dispersés.

En principe, des politiques européennes davantage marquées par les valeurs progressistes peuvent donc être attendues.



Autres articles de cette rubrique