A LA UNE

Des municipales éclipsées au profit des sortants, Saint-Etienne abandonnée à la droite

Publié le : 16 Mar 2020

Ces élections municipales 2020 resteront évidemment dans l'histoire en raison de la crise sanitaire qui les a complètement éclipsées. A l'inverse des scrutins de 2008 (dans notre région, 60 % des villes de plus de 9000 habitants avaient basculé à gauche en partie en raison du vote d'opposition à N. Sarkozy) et encore davantage de 2014 (75 % des mêmes villes avaient basculé à droite, cette fois en opposition à la politique de F. Hollande), le millésime 2020 a confirmé quasiment à 100 % les maires sortants, souvent dès le 1er tour.

Dans la Loire, en dehors de Firminy et Rive-de-Gier confontées à de graves crises de leur majorité, seule Saint-Etienne échappe à la règle, même si le score de M. Perdriau a été dopé par l'abstention massive et le vote légitimiste propre à toute situation de crise : l'issue du 2eme tour ne fait guère de doute d'autant plus que P. Courbon et R. Juanico ont refusé a priori le rassemblement des progressistes, et que la liste de P.Revelli et LaRem ne semble pas vouloir faire de choix clair...Le boulevard pour la droite s'élargit chaque jour dans notre ville et dans le département, en dépit d'un bilan calamiteux. Retour aux années 1960, au temps de l'absence d'une gauche social-démocrate, mais sans la qualité des élus de droite de l'époque.

Dans ce contexte, le combat pour sauver l'Université s'annonce encore plus difficile : raison de plus pour le mener jusqu'au bout, pour éviter que leur laisser gâcher l'un des meilleurs atouts du territoire.



Autres articles de cette rubrique