A LA UNE

Déconfinement le 11 mai : la décision politique soumise à la science et à l'adhésion des citoyens

Publié le : 18 Apr 2020

Aujourd'hui, les décisions publiques relatives au Covid 19 sont dépendantes de la connaissance partielle de ce coronavirus par les scientifiques, eux-mêmes complètement pris de court (faute d'avoir été prévenus par la Chine et l'OMS) par cette épidémie qu'ils jugeaient peu dangereuse encore fin février...Sans vaccin ni traitement rapide efficace, le confinement général s'est imposé en urgence partout dans le monde. Sa fin programmée en France pour le 11 mai est permise par l'amélioration relative de la situation dans les services de réanimation, mais tient compte aussi de l'acceptabilité sociale de moins en moins forte de cette containte.

On touche ici à une difficulté de l'action politique : la société dans son ensemble a compris le danger de l'épidémie, les limites actuelles de la science et intégré les hésitations ou l'impréparation des pouvoirs publics. Si bien que tout en souhaitant s'affranchir dès que possible du confinement global très contraignant, les français ne sont pas pour autant prêts à suivre des directives dans lesquelles ils n'auraient pas confiance.

On le constate ailleurs : dans les pays où les commerces rouvrent, il n'y a pas de précipitation pour s'y rendre. La prudence reste de mise. Ce sera à l'évidence la même chose le 11 mai en France, en particulier pour la réouverture des écoles. Elle ne pourra se concrétiser que si les parents ont confiance dans les mesures de sécurité adoptées et dans la maîtrise encore loin d'être acquise du processus de contamination. Le récent avis du conseil scientifique entame la crédibilité de la décision de l'Etat, c'est une évidence...Outre les difficultés pratiques à résoudre sur le terrain, il serait utile que l'hypothèse de la faible contamination des enfants soit très rapidement confirmée, ce qui pourrait être le cas dans quelques jours (étude nationale en cours sur 600 enfants).

Il faut souhaiter que dans les semaines à venir des traitements prometteurs (utilisation du plasma, etc.) réduisent les craintes et que des innovations ou expérimentations comme celles du Pr. Piarroux en ile-de-France (tests ciblés et confinement strict limité aux personnes contagieuses) soient convaincants.

La possibilité de proposer un déconfinement plus fin, crédible par son efficacité, commence à apparaître avec l'interdiction durable des grands rassemblements générateurs de foyers importants, l'appel à la responsabilité des plus agés ou vulnérables, l'autorisation de petites réunions familiales, l'obligation du port du masque, etc.  L'expérimentation progressive sera certainement inévitable, confortée par les exemple des autres pays.



Autres articles de cette rubrique