Communiqués

Commerce en centre-ville, démission de l'adjoint au maire L. Saugues

Publié le : 08 Feb 2018

La démission de sa délégation au commerce de L. Saugues, adjoint au maire jusqu'ici, a fait couler beaucoup d'encre ces derniers jours. A juste titre puisqu'il s'agit du 2eme départ d'un adjoint important de l'équipe de M. Perdriau après celui de Me Beal, chargé des ressources humaines. Cette démission vient confirmer les déceptions multiples d'autres élus de bonne volonté confrontés au "trio infernal" qui décide de tout, tout le temps, à la ville et l'agglo. Elle témoigne aussi de l'impossibilité pour un adjoint au commerce de conduire seul une politique efficace, puisque les questions d'urbanisme, de circulation, transports, stationnement sont évidemment décisives pour l'activité et l'attractivité commerciale du centre-ville.

L'incohérence et l'absence totale se stratégie de la municipalité se révèlent catstrophiques pour le commerce de la ville. Sans être exhaustif, il est clair qu'en matière d'urbanisme l'acceptation du développement de Auchan Villars d'un coté, la décision de construire 2 centres commerciaux au Pont de l'Ane de l'autre avec en complément l'abandon de notre projet "Ursules" visant à installer des locomotives commerciales en coeur de ville sont des choix stratégiques lourds de conséquences : l'impulsion pour la périphérie, l'inaction en coeur de ville. Le départ de la FNAC en est la conséquence. la plus visible.

Et que dire du stationnement ! Des parkings souterrains devenus inaccessibles ( hausse des tarifs de + 80 % ), des amendes sur horodateurs plus que doublées, désormais dissuasives en comparaison avec la gratuité sans risque des grandes surfaces.

Le tramway enfin, avec la suppression autoritaire d'arrêts utiles et bientôt l'incitation des voyageurs à éviter le centre-ville avec l'amputation de la ligne T 2 suite à la création de la 3eme ligne de tram, projet sans intérêt dont les conséquences négatives vont plomber la ville et Métropole pendant trente ans.

Pour le commerce de centre-ville, aucune action d'animation et de motivation commerciales ne peut contrebalancer  ces multiples stratégiques aussi dures pour les comerçants et habitants urbains. Ainsi se comprend, à mon sens, la décision de M. Saugues.

 



Autres articles de cette rubrique