Communiqués

Autoroute A 45, voir Ă  long terme

Publié le : 25 Apr 2016

Le débat sur l'autoroute A 45 rebondit d'autant plus que les collectivités appelées à participer au financement et les parlementaires ne s'expriment plus d'une même voix à Paris.

C'est vraiment regrettable. En effet, chacun peut comprendre les réticences et les oppositions des communes traversées par le tracé : comme toujours, les inconvénients de proximité comptent beaucoup plus à ce niveau, et les élus sont les porte-parole de cette inquiétude. S'ajoutent, naturellement, quelques expressions purement défensives de l'environnement privé, les inconvénients du développement devant toujours, pour certains, impacter exclusivement les autres communes mais jamais celles où ils ont choisi d'habiter.

L'enjeu de cet équipement n'est pas de résoudre par lui-même, immédiatement, toutes les difficultés de circulation entre Saint-Etienne et Lyon : il en subsistera nécessairement. Mais dans l'immédiat notre territoire a absolument besoin de deux liaisons routières correctes avec Lyon, pour réduire les temps de parcours, répartir ceux qui vont vers l'est et le sud-est (A 47) et ceux qui vont vers l'Ouest ( A 45)  en offrant à tous une alternative lorsque le moindre accident localisé bloque le passage à un endroit : la sécurité de notre accessibilité économique ne peut plus supporter les aléas actuels.
Et l'essentiel porte sur le long terme (50 à 100 ans). A ce moment, la pollution atmosphérqiue aura certainement disparu depuis longtemps, mais la Loire aura significativement amélioré sa capacité d'attirer des entreprises et des emplois.
 

L'enjeu essentiel de cette infrastructure, c'est le long terme et la réduction importante de l'enclavement de notre département. Mais qui porte ce discours aujourd'hui ?
 

 

 

 

 

 

 

 

 



Autres articles de cette rubrique