Portrait

Action publique

Publié le : 12 Nov 2014

Dans toute son action publique et plus particulièrement dans ses mandats politiques, Maurice Vincent a soutenu en permanence les politiques de progrès, en cohérence avec les idéaux portés depuis toujours par des personnalités comme Jaurès, Mendès-France, Rocard, Mitterrand, Jospin qui ont marqué le 20ème siècle. Il soutient aujourd'hui la candidature d'Emmanuel Macron à la présidence de la République. Il s’est aussi constamment investi pour sa ville, Saint-Étienne, et son agglomération.

Quelques actions publiques significatives, en commençant par les plus récentes :

  • Comme Sénateur de la Loire (depuis 2011)

- Un investissement pour l’ensemble des communes de la Loire à travers le suivi des questions financières qui touchent les communes et intercommunalités, le développement agricole, le développement économique et l’évolution des questions environnementales, le soutien au sport. Chaque année, entre 10 et 15 communes de la Loire bénéficient du fonds de soutien à l’investissement du Ministère de l’Intérieur appelé “réserve parlementaire” et lié à l’action de chaque sénateur.

- Participation à la commission "Glavany" ( 2013) pour la mise en place d'un modèle de football durable.

- Un amendement important déposé et voté autorisant la création de Comunautés Urbaines à partir de 250.000 habitants (450.000 antérieurement).

- Plusieurs questions et interventions en faveur de l'autoroute A 45, des collectivités en lutte contre les emprunts toxiques, obtention d'un "Fonds de soutien" de 150 millions €/ an sur 15 ans.

- Différentes questions sur la situation des agriculteurs de la Loire (quotas laitiers, ferme des 1000 vaches)

- Plusieurs initiatives pour favoriser la création rapide de l'Etat de Palestine afin de favoriser la paix dans cette érgion du monde. Signature de la résolution présentée en ce sens le 11 décembre 2014 pour demander que notre opays reconnaisse officiellement cet Etat.

-Plusieurs propositions de loi signées et cosignées sur différents sujets, notamment la création d'une journée nationale de la Résistance et pour l'évolution de l'accompagnement médical des personnes en fin de vie.

  • Comme Maire de Saint-Etienne, Président de Saint-Etienne Métropole (2008 – 2014)

- Une volonté constante d'arrimer Saint-Etienne et son agglomération au dynamisme de Rhône-Alpes : création du Pole Métropolitain avec le Grand Lyon, les agglomérations de Vienne et des Portes de l’Isère (2010), déblocage politique du projet d’autoroute A 45 (2013), extension à 45 communes de l’agglomération de Saint-Etienne Métropole (2013) reconnaissance comme Ville créative Design par l’Unesco (2010), ville d’accueil de l’Euro 2016 (2010).

- Une politique d’attractivité territoriale : création d’une marque territoriale (“Saint-Etienne, Atelier visionnaire”) et d’un réseau de 700 ambassadeurs a été initiée, participation d’architectes et paysagistes de renom aux opérations d'urbanisme (A. Chemetoff, Obras, Michel Corajoud, parmi d’autres),

- Une politique intense de rénovation urbaine soutenue l’EPASE, accélération de la transformation des quartiers “ANRU” (Sud-Est, Montreynaud, Crêt de Roc, Beaubrun-Tarentaize), création d'un “centre piéton” en coeur de ville, implantantation d'un quartier créatif très actif (Université, design, médias, entreprises de haute technologie) à Carnot, sur le site de l’ancienne Manufacture d’Armes (Giat Industries).

- Un appui très important au développement universitaire, à la recherche, l’innovation et la modernisation des institutions de santé : mise en service de la Maison de l’Université, extension de la BU Tréfilerie, Télécom Saint-Etienne, nouvelle Faculté de Médecine et Pole Santé, soutien au CHU, centre Hygéee du cancéropole Rhone-Alpes-Auvergne, Ecole d’Infirmières de la Cotonne, lancement du centre d’orthopédie de la Marandinière, Pole mondial d’Ingénierie des surfaces autour de l’entreprise HEF, textiles de santé, mécanique avancée, campus industriel du Rond-Point etc.).

- En matière de développement durable, d’éducation et  de solidarité, la ville a bénéficié d’innovations importantes, parfois “premières nationales” comme la création des cantines  100 % bio et circuits courts dans les écoles ou la mise en place d’un Pass de 1h 30 avec aller/retour dans les transports en commun ( + 8 % de fréquentation). La modernisation de ces derniers s’est poursuivie par l’engagement de la rénovation complète des tramways, la création des Véliverts (vélos en libre-service), de l’autopartage, de plusieurs parkings périphériques au centre piétonnier.

- Soutien au commerce de centre-ville et de proximité par l'adopption d'un SCOT limitant le développement commercial et résidentiel périphérique (1er SCOT adopté sur le territoire), diverses dispositions de soutien au commerces, maintien des cinémas en centre-ville et création d'un nouveau pôle place Chavanelle (le Camion Rouge).

- Education et petite enfance : un programme ambitieux de rénovation des écoles a vu le jour avec notamment la reconstruction complète de celle de Solaure et de la Manufacture. La création de 240 nouvelles places en crèche, de 3 réseaux  d’assistantes maternelles a illustré la politique en faveur de la petite enfance, l’accueil renouvelé des étudiants et une offre culturelle “en ligne” a bénéficié aux étudiants. La mise en place des nouveaux rythmes scolaires avait été prévue pour septembre 2014, sur une base quotidienne.

- La politique en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées a permis le lancement du “Pole d’excellence de gérontologie et de l’autonomie” sur le site de l’Hôpital de Bellevue (en cours) et la construction de deux nouveaux EPAHD pour 200 places (Bellevue, Le Soleil), la création du “Pass Loisir Sénior” à partir de 60 ans et la multiplication par 7 des investissements antérieurement engagés pour l’accessibilité des personnes handicapées et un fort soutien aux associations. De nouvelles actions de solidarité ont été conduites au CCAS avec par exemple une distribution plus large et respectueuse de confidentialité de l’aide alimentaire ou le soutien à la création d’activités par les personnes en insertion, le microcrédit.

- Politique de sécurité publique : augmentation maitrisée du parc de caméras de vidéo-surveillance, du nombre de médiateurs et d'éducateurs de rue, soutien aux associations d'aide aux victimes, coopération étroite entre polices municipale et nationale. Saint-Etienne est une ville où le niveaud ed élinquance reste nettement plus faible que dans les villes comparables selon la Police Nationale.

- Les politiques culturelles et sportives ont bénéficié de certains investissements majeurs, dont deux particulièrement emblématiques. La reconstruction de la “Comédie de Saint-Etienne” créée par Jean Dasté et dirigée par Arnaud Meunier s’installera en 2016 sur le parc François Mitterrand. elle devait laisser sa place aux activités de la Salle Jeann d’Arc sur le site de Beaubrun. Le stade Geoffroy-Guichard, “le chaudron” des Verts (ASSE) profondément transformé pour accueillir l’Euro 2016, doté en outre du Musée des Verts. De nombreux équipements de quartier ont également été rénovés, la piscine Yves Nayme de la Marandinière entièrement reconstruite, la Fête du Livre a pris une nouvelle dimension, l’émergence de nombreux artistes a été encouragée etc connu de vrais succès. En matière de démocratie participative, les conseils municipaux sont désormais retransmis en direct via internet, 19 conseils de quartiers ouverts à tous ont été institués, plusieurs instances créées ( pour les  jeunes, les associations, etc.).

- La gestion de plusieurs services publics a été profondément repensée : la renégociation du contrat de l’eau a permis une baisse de 30 % de la facture (- 1, 30 €/ m3), le service de l’assainissement a été transféré à Saint-Etienne Métropole, la surfacturation de 3 millions € supportée par les Stéphanois du service des pompiers a été contestée devant les tribunaux (démarche abandonnée par la nouvelle municipalité), la gestion du stationnement de rue a été remunicipalisée, etc. Au total, plus de 70 millions € ont ainsi été économisés par les usagers sur le mandat.

- Enfin la situation financière de la ville, au bord de la faillite en 2008 sous le coup d’une dette élevée (370 millions €) incluant 15 emprunts toxiques (270 millions) souscrits avant 2008 a été rétablie, après un combat permanent contre les banques et organismes financiers impliqués, la création avec Claude Bartolone d’une association nationale (APCET) et l’instauration de règles de gestion très rigoureuses tout au long du mandat. En mars 2014, la dette a été ramenée à 340 millions, et 11 emprunts toxiques (190 millions) ont été définitivement sécurisés. L'épargne brute a été fortement augmentée, et le ratio de remboursement de la dette ramené de 17 ans en 2008 à 9,5 années en 2014.

  • Comme Président de l’Université Jean Monnet (1997–2002) :

- Négociation du contrat de plan Etat-Région pour l’enseignement supérieur et la recherche (2000–2006) conduisant notamment à la rénovation de la bibliothèque universitaire Sciences (Métare) et Médecine (Bellevue) du Campus Tréfilerie, de l’Espace Denis Papin, et à la réalisation du pôle Optique–Vision (site Carnot), de l’extension de la bibliothèque universitaire Tréfilerie

- Vice-Président du Pôle Optique–Vision

- Négociation de l’implantation d’une antenne de l’Institut Supérieur d’Optique d’Orsay à Saint-Étienne

- Président du Pôle Universitaire de Saint-Étienne (PUSE)

- Création de l’Ecole doctorale de Saint-Étienne (Université + Ecole des Mines), accroissement du nombre d’allocations de recherche pour les doctorants

- Réalisation du réseau haut débit du Pôle Universitaire de Saint-Étienne

- Développement des ressources humaines de l’université (120 créations d’emplois)

- Création des « Unités d’Enseignement Professionnel » (UEP) pour les étudiants de toutes disciplines, en collaboration avec les entreprises

- Création du « carnet-culture » pour faciliter l’accès des étudiants aux manifestations culturelles de la ville

  • Comme Conseiller régional Rhône-Alpes (2004 – 2010) :

- Vice-Président de la Commission Enseignement Supérieur et Recherche

- Doublement du nombre d’allocations de recherche de la Région à Saint-Étienne

- Augmentation du nombre de bourses pour études à l’étranger

- Participation à l’établissement du Contrat de Plan Etat-Région 2007–2013

- Rapporteur du Contrat de Développement Rhone-Alpes de Saint-Etienne Métropole, participation à l’inflexion du contrat initial au bénéfice de la culture et du développement durable

- Renforcement considérable des moyens pour la rénovation urbaine de Saint-Étienne (crédits multipliés par 4)

- Augmentation du nombre de TER Saint-Etienne / Lyon, rénovation des gares de l’agglomération, cadencement de l’offre

- Participation au CA des lycées Honoré d’Urfé (suivi et soutien au programme de restructuration en cours) du Lycée Jean-Monnet, des lycées Saint-Louis et  Valbenoite

- Soutien à la réalisation d’un réseau à très haut débit dans la Loire.

  • Comme Directeur du Département Economie-Gestion de l’Université Jean Monnet (1990–1993) :

- développement des enseignements de Gestion au sein du cursus « Sciences économiques »

- création de l’IUP « Management des entreprises » à Saint-Étienne en collaboration avec deux autres professeurs et le monde socio-économique



Autres articles de cette rubrique