Communiqués

3/ Pour une fiscalité plus juste et plus verte

Publié le : 04 Dec 2018

Nous n'avons pas attendu les mouvements actuels pour regretter la suppression de la part finacière de l'ISF. C'est une mauvaise décision, il faut la remplacer par une autre sans doute mieux pensée sur le plan technique mais qui reste orientée vers les patrimoines et revenus les plus élevés. Il ya donc 4 milliards à retrouver d'une manière ou d'une autre sur le patrimoine ou les hautes successions et les revenus les plus élevés.

Il y a aussi plusieurs milliards à récupérer sur un CICE (ou des baisses de charges désormais) mieux ciblées et sur une partie du Credit Impot Recherche (CIR) qui coûte à lui seul 6 milliards et pourait sans dommage être limité à 4 milliards.

La taxation des GAFA, d'une manière ou d'une autre, est aussi indispensable même s'il est possible qu'elle entraine des mesures de rétorison des USA. Elle devrait se faire au niveau international ; si aucun accaord n'est possible, il faut alors la mettre en place en France.

La suppression de la taxe d'habitation est une mesure particulièrement juste qu'il faut conserver, mais c'est aussi le reste de la fiscalité locale qu'il conviendra de reprendre dans le sens d'une simplification, de l'autonomie des collectivités territoriales, sur des bases beaucoup plus équitables qu'aujourd'hui.

En revanche, imaginer une baisse rapide et importante des prélèvements obligatoires comme le demandent certains "gilets jaunes" reviendrait soit à accroitre rapidement la dette, soit à réduire notre protection sociale et services publics, ce que nous refusons.

L'orientation de la fiscalité doit inciter à la lutte contre le réchauffement climatique et donc taxer le carbone selon la trajectoire prévue. davantage de recetets doivent être affectées à la rénovation thermique des bâtiments et aux économies d'énergie.

 



Autres articles de cette rubrique