Communiqués

En Marche et la 5eme république

Publié le : 03 Nov 2018

Après les élections en Bavière et en Hesse, on peut souligner avec le politologue P. Haski la nécessité de remplacer les "vieux partis fatigués" (CDU, CSU, SPD en Allemagne, partis de gouvernement en France) et d'éviter les "démagogues" (AFD en Allemagne, RN en France). Dans ces deux régions d'outre-rhin,  s'ajoute le succès relatif des écologistes au détriment du "vieil" SPD. Mais attention, ces écologistes-là n'ont pas grand chose à voir avec les nôtres car il sont d'abord pragmatiques et politiquement centristes.

En France, la désaffection pour LR, l'UDI et l'explosion du PS illustrent la même défiance vis à vis de partis habitués de l'exercice du pouvoir ; RN et les Insoumis peuvent être qualifiés de démagogues. En revanche, les Verts restent loin de bénéficier de leur crédit germanique en dépit de la légitime progression des préoccupations environnementales.

Surtout, chez nous la 5eme république oblige toute formation politique à rechercher le soutien de la majorité absolue des français au 2eme tour de l'élection présidentielle, où se joue l'essentiel pour 5 ans. Si coalition il y a, c'est celle des électeurs après le premier tour de cette élection majeure, autour d'un des deux candidats sélectionnés.

Ainsi peut-on espérer que les "démagogues" aient des difficultés à trouver cette majorité populaire, puisque tout oppose - en dehors de la démagogie - le RN et LFI. Encore faut-il rester attentifs : avec Les Républicains nous voyons bien s'affirmer une "vieille droite démagogue" dont une partie veut déjà faire sauter les digues avec le RN. Ainsi, le risque de ce cataclysme est-il loin d'être nul.

En 2017, "à chaud", les français ont résolu le problème en portant au pouvoir E. Macron et son très jeune parti, En Marche. Pour espérer y rester, le Président ne peut décevoir ni personnellement dans l'exercice du pouvoir, ni politiquement en laissant En Marche "se marginaliser au centre".

Des alliances, au centre-droit, à gauche et avec des écologistes fondées sur un projet socialement plus équilibré seront impératives. Les municipales de 2020 doivent pouvoir y contribuer.

 



Autres articles de cette rubrique