Situation sociale : nécessité des réformes, exigences de concertation et de justice

A l'évidence, le mouvement social important à la SNCF témoigne à la fois de craintes compréhensibles pour le futur, le service public et d'un désir de protection d'acquis sociaux qui, sans être exceptionnels, sont réels. Au regard de l'ouverture à la concurrence validée par tous les partis de gouvernement depuis plusieurs années comme l'a encore illustré la récente loi votée en 2014, l'évolution de la SNCF est indispensable. Elle est tout à fait compatible avec son futur statut d'entreprise à 100 % publique. La proposition gouvernementale garantit aussi aux cheminots actuels la conservation de tous leurs acquis. La concertation devra permettre de lever les ambiguités qui persistent, dans le respect des partenaires sociaux. Mais ne rien faire n'est plus possible, sauf à mettre l'entreprise en situation très dangereuse face à ses futurs concurrents. Promouvoir le service public, c'est aussi le faire évoluer et garantir sa compétitivité.

Dans les universités, des mouvements en réalité très minoritaires cherchent à bloquer l'institution. Or, là encore, qui pourrait justifier le statu quo du tirage au sort dans certaines filières, comble de l'injustice et de l'irrationnalité ? Et, plus largement, le gâchis de la non préparation de nombreux étudiants aux exigences des cursus. "Parcoursup" ne résoudra pas tout mais constitue une amélioration indéniable, en particulier si certaines filières sélectives jouent le jeu de l'ouverture aux bacheliers technologiques pour lesquels elles ont été créées. Il faut l'exiger, en ouvrant des places supplémentaires qui leur soient réservés.

Dans d'autres secteurs, tels que la santé et les EHPAD, il appartient au gouvernement d'évoluer et de prendre acte de l'intensité nouvelle des besoins en liaison avec le vieillissement de la population. Dans ces domaines aussi, le service public est une bonne réponse s'il dispose des moyens nécesaires, qui doivent lui être reconnus. il doit être efficace, certes, mais aussi soutenu et renforcé.

A LA UNE