Elections américaines, des enseignements aussi pour la France

La victoire de Joe Biden est une vraie bouffée d'oxygène pour le monde comme pour les USA. Cependant, les élections présidentielle et législative américaines  (le sénat est très discuté) ont à nouveau étonné la plupart des observateurs européens consternés par le score de Donald Trump en dépit de son bilan jugé catastrophique. Quelques enseignements concernent aussi notre pays.

1/ Personne ne peut invoquer cette fois-ci la surprise ni surtout le désintérêt des américains pour l'élection  dans le score très élevé de D. Trump. La participation en forte hausse démontre exactement le contraire : c'est un vote réfléchi qui a beaucoup mobilisé.

2/ Le nouvel échec des sondages d'opinion témoigne de la difficulté à saisir l'opinion publique en période de forte défiance par rapport aux "élites". Les réponses ne sont guère fiables, faussées en plus par la volatilité des choix qui peuvent changer - on le sait -  jusqu'à la dernière minute. Ceci pourrait aussi se produire en France.

3/ Une explication ressort assez nettement du vote Trump : il est toujours le représentant de l'électorat républicain de base ( les plus riches, les américains attachés aux valeurs traditionnelles, le monde des affaires) mais est devenu plus encore celui des "perdants de la mondialisation", qui se sentent oubliés, directement concurrencés par l'immigration, et demandent protection et priorité nationales : le vote des Etats confrontés à la désindustrialisation, très serré alors qu'ils étaient auparavant des bastions syndicaux et démocrates, en est l'illustration.

Pour ces électeurs, au regard de leurs difficultés face au chomage et la baisse de leur niveau de vie, les outrances de Trump et même son bilan lamentable de la gestion de la Covid 19 restent secondaires. Ils voient dans son national-populisme l'espoir d'une vie meilleure.

Ces ressentis sont proches de ceux d'une partie croissante des français et bénéficient à la fois au RN et aux Insoumis. Ils devraient amener les forces progressistes de notre pays à évoluer pour réellement prendre en compte l'énorme demande de protection des salariés modestes face aux évolutions du monde : protection contre la précarité, l'insécurité, la concurrence extérieure sauvage dans certains secteurs (symbolisée par la Chine aux USA), lutte contre les inégalités de revenus et de patrimoines, etc.

Une social-démocratie populaire pourrait y répondre, elle reste à construire.
 

 

 

A LA UNE